Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 19:49
Paris respire.

Lavée par une pluie glaciale, son poumon bleu se gonfle d'air frais, ensoleillée par un soleil couchant qui n'a de chaud que ses couleurs.
Soleil qui commence à réapparaître depuis à peine quelques jours, maintenant que les journées se rallongent suffisamment pour que nous nous en rendions compte.
Aquaboulevard scintillant, gorgé d'enfants rieurs en cette fin d'après midi.
J'ai l'impression que mon coeur respire au rythme de Paris et de ses grandes bouffées d'air qui soulèvent le monde.

Simplicité de la Beauté.
Beauté de la Simplicité.

Plantée au milieu de la rue, j'essaye de rendre immortelles les couleurs oranges/rosées qui couvrent le ciel. En plus de passer pour une ahurie (chose qui ne m'est pas complètement étrangère), l'appareil photo de mon téléphone décide de ne pas pouvoir rendre les tons à l'identique.
Dommage...

Introspection intense ces deniers temps. Moins déprimée, plus joyeuse, constate qu'en fait ça va plutôt bien. La réapparition par commentaire anachronique de la personne la plus colérique que je connaisse me fait sourire et me rassure... Je vois finalement le chemin accompli depuis tout ce temps.
Ouf! Tout ça (pas) pour rien!

J'avais quand même réussi a sortir démolie de Slumdog Millionnaire (!) la notion de destin m'étant apparue comme erronée, puisque moi, bah c'est trop injuste mais franchement, ras le bol quoi, il m'arrive jamais rien!
(snif)
Pathétiquement drôle... avec du recul!...

Derniers faits de poisse en résumé (qui prouvent de fait qu'il m'arrive bien des trucs)

* Ai passé le nouvel an (encore) au lit. Gastro carabinée, n'ai pas pu avaler quoique ce soit (sous peine de le régurgiter dans la demi heure), ai tenté de tenir le coup jusqu'à 00h pour embrasser les quelques amis qui étaient là et jouaient au cartes. Ai sonné le glas de ma volonté à 00h30.
Ai enterré 2008 de la même manière qu'elle avait commencé...
en vomissant!

* Ai de plus en plus tendance à rougir. Au boulot, dans le métro, quand un beau garçon me regarde, bref, la moindre de mes émotions se lit (très clairement) sur ma figure... Vais investir dans du fond de teint de type "couvrance peintre en bâtiment" au litre.
Histoire de dire.

* Me suis réinscrite sur un site de rencontre un autre de ces soirs de désoeuvrement sentimental. Sur ce site, on dit ce qu'on aime (musique, films, livres) et selon les affinités, on voit avec qui ça pourrait coller.
Le nombre de personnes qui n'avaient aucun point commun avec moi qui m'ont écrit...

"m'dame t'es trop belle" (heu, pas toi!)
"ça te dit pas de te marier" (heu, non)
"bonjour désolé d'avoir la désagréable désobligeance de vous importuner, excusez moi de demander pardon de" (heu, accouche...)
"j'habite à 1500 km de chez toi, on se voit quand?" (heu, pffff)

Maintenant, je ne sais pas par quel miracle le site est devenu payant, et sa consultation du coup, beaucoup plus éphémère.
Me fait penser à mon horoscope dans les journaux gratuits parisiens qui me soutient depuis plus d'un mois, quotidiennement, que mon conjoint et moi devrions faire ci ou ça pour être heureux, que franchement je devrais faire des efforts ou me faire mieux comprendre.
Les astrologues sont drôles!

* Ligne 13 du métro régulièrement engorgée et retardante. ce n'est même plus un fait de poisse notable, cela devient une habitude.

* Ai pris encore une ou deux claques sentimentales ("merci pour tout mais je te rappellerai pas" "non désolé je peux pas me "libérer" parce que... je sais pas!"),
renforçant un peu le cynisme et l'intime conviction que je ne comprends rien aux hommes.
Le seul truc rassurant est qu'apparement les femmes (moi y compris, voire moi plus) restent aussi un mystère pour eux.
Me goinfre tous les Chuck Palahniuk qui me tombent sous la main car ai enfin l'illusion de les comprendre.
La société schyzophrène et décadente qu'il décrit me réchauffe le coeur. Ils sont aussi paumés que nous. Ils l'expriment autrement, c'est tout. Et ça fait déjà une telle différence que seule l'incompréhension en découle...
A l'instar de l'auteur que je reprends honteusement

"Inspire.
Expire."

Je vais laisser mes poumons suivrent ceux de Paris pour m'oxygéner le corps et le délester de cet hiver vide et froid.
Le printemps peut être se présentera sous des augures de parade amoureuse?...



Partager cet article
Repost0

commentaires

R
eh ben dis donc il y va pas avec le dos de la cuillère...<br /> <br /> c'est vrai que ça craint un peu pour toi, le pire est passé, bientôt le printemps revient, le moral avec...suis avec toi!
Répondre
S
Coucou Emy,<br /> <br /> Dieu que je peux comprendre ces pensées ... Si tu veux t'evader de cette glace parisienne, viens me voir, tu es la bienvenue chez moi ^^
Répondre

Présentation

  • : Monologues Avec Paris
  • : Élucubrations psychothérapeutiques sur la vie dans la capitale ...
  • Contact

Profil

  • Aelig
  • jeune femme à Paris qui découvre la beauté de cette ville...
  • jeune femme à Paris qui découvre la beauté de cette ville...

Archives